Cela faisait un petit moment qu’on était pas retourné aux 7 Laux pour skier tout un week end…

Au début on devait être :

  • D’jo-D’jo
  • Stephanie (une copine que je n’ai pas revue depuis 1 an et qui n’habite plus dans le coin)
  • Louisa
  • et moi

Finalement, Stéphanie n’est pas venue, elle voulait aller à un concert Celtic le samedi soir (ou un truc comme ça) sur Poncharra (c’était bien ?), bref, du coup c’est Vincent qui est venu avec nous, et peut-être une copine à lui (une fille qui bosse avec lui au labo…)

D’jo-D’jo et Vincent sont partis en premier vers, heu… Ils se sont retrouvé vers Poncharra vers 9h30 du mat’ en fait… Pendant ce temps là, avec Louisa, on a été faire les courses pour le midi, on est allé à l’auto-école et ensuite on est parti, direction : les sept Laux. Du coup on a du partir vers 11h du mat’. On est arrivé 1h15 plus tard aux 7 Laux, donc vers 12h15 pour ceux qui ont du mal…
Je téléphone à D’jo-D’jo, manque de pot, ils ont toujours pas mis d’antenne bouygue au Pleney, donc c’est Louisa qui appel… Au bout du 3eme appel, D’jo-D’jo décroche. 25 Minutes plus tard ils nous rejoignaient. En attendant je suis allé acheté mon forfait : 20€ le forfait 1/2 journée, alors que le forfait journée est à 22€… J’aurais mieux fait d’acheter directement le forfait 2 jours, ça m’aurait couté moins cher…

On monte toutes les affaires à l’appart, on prépare le miam et le à boire et on commence à manger tout en parlant de quand on était jeune, des mines (ou murges) qu’on se mettait et que ça serait pas mal de se refaire un truc du genre, pourquoi pas cet été… (finalement on aura pas eu à attendre si longtemps…).
On apprend aussi que D’jo-D’jo avait tout prévu pour faire une raclette le soir, sauf de prendre l’appareil à raclette (attention, cette info est très importante, retenez la bien, c’est à cause, ou grâce à ça que tout va se déclencher…). Mon pote Vincent était complètement mort : trop de soirées à son actif pendant la semaine, levé trop tôt toute la semaine, plus le ski le samedi matin, bref, il était bien mort, du coup il décide de ne pas aller faire de ski l’aprèm et de tenir compagnie à ma copine par la même occasion, ha oui, parce que Louisa ne voulait pas (et ne pouvait pas) aller skier : trop de boulot et pas assez de sous. Ils se motivent donc pour aller faire deux – trois courses pour le lendemain (genre beurre, cacao en poudre, yaourts, etc…).

14h30 on se motive pour aller sur les pistes, on est bien chaud, on a du se boire une bouteille de rouge tout les deux avec Johan…
On prend le premier télésiege, je passe devant, je perd D’jo-D’jo en hors piste, je l’attend un peu, je retourne sur la piste et finalement on se rejoins en bas du second télésiege. En arrivant en haut, Johan me fait part de son envie de descendre dans le val du praz, mais qu’il ferme l’après midi à cause des avalanche, en fait on ne peut même pas y acceder, le télésiege qui y mène est fermé. Il me fait voir aussi un pan de montagne hors piste qu’il voudrait bien essayé de faire, perso, j’étais pas super chaud… un peu trop de barres rocheuses pour moi…
On arrive enfin en haut, et on se fait la piste noire, D’jo-D’jo lui se fait le hors piste qu’il m’avait parlé, j’en ai bien chié dans la noire, les bosses étaient énormes, bref, pas vraiment très fun… Johan de son coté s’est plus amusé, son hors piste était bon, la neige n’avait pas encore transformé. On continue, et on va du côté de Prapoutel (Prapout’ pour les intimes), en prenant le télésiege du grand cerf, y’a un gars qui nous indique un hors piste sympa dans une combe juste sous le télésiège, la neige ici aussi n’a pas encore transformé… Hop, on y va, effectivement la neige est super bonne, du coup on a du la refaire au moins 3 fois de suite, on a même pris les télécabines du grand cerf pour remonter, c’est sympa, mais il fait super chaud dedans…
Là où c’était marant sur la combe, c’était le départ : il y avait une petit corniche (1 m de haut peut être) que l’on sautait et on arrivait direct dans la pente après… J’avais un peu de mal à faire un vrai beau saut, je n’arrivais pas a prendre assez de vitesse, Johan m’a filmé, mais l’angle de prise de vue, ansi que ma vitesse ont fait que ça ne donnait pas grand chose…

Après tout ça on est finalement rentré à l’appart, tout en s’amusant sur les pistes : faire des sauts, aller en hors pistes, prendre des champs de bosses a fond, etc…
On arrive à l’appart, bien mort quand même, on prend un peu de repos, et je motive Johan pour aller chercher un appareil à raclette, Vince nous indique qu’il y a du monde au premier.

Direction : le premier donc. On frappe à une porte, une jeune fille nous ouvre :

  • moi : « Bonjour, nous cherchons un appareil à raclette »
  • elle : « Heu… je ne parle pas trop francais, vous parlez anglais ? »
  • moi : « Oui… »
  • Johan : « We are looking for a thing for the raclette »
  • elle : « what ? »
  • moi : « tu parle allemand peut etre ? »
  • elle : « non »
  • Johan : « tu es d’ou ? »
  • elle : « Republique Techeque »
  • Johan : « ha ok, so I don’t think so you know what is raclette, it’s a french speciality »
  • moi : « yes, you have potatoes, and cheese, and you cook the cheese »

Bref… elle ne connaissait pas par contre là où c’est devenu sympa c’était là :

  • elle : « but, come in ! do you want to drink something ? »
  • nous « hum, yes, but we would find our stuff brefore… »
  • elle : « no come ! »
  • nous : « ok… »

Donc on rentre dans l’appart, là il y avait pleins de jeunes en train de boire, ils nous demandent si on a des verres, on répond que non, ils nous disent donc d’aller en chercher et de revenir avec comme ça on pourra boire un coup avec eux.
On repart donc à la recherche d’un appareil à raclette, on a fait tous les apparts, il n’y a qu’un seul autre appartement où quelqu’un a répondu, mais ils n’avaient rien…
Retour donc à l’appart, là on prend 4 verres, on explique vite fait le topo à Louisa et Vince et on est partit.

Et là, c’est le drame !

En 1h Johan et Vince était completement déchiré, un gars essayait de saouler ma copine avec une liqueure de tilleul (52°), tu bois ça, l’alcool s’évapore direct dans ta bouche, par contre tu le sens bien passé dans la trachée…
Vince est à fond avec une blonde, Johan sur une brune, manque de pot elles sont toutes les deux prises…
Moi je goute une biere Tcheque (la meilleure à ce qu’il parrait), elle porte le nom d’un dieu, le dieu des récoltes (ou de la moisson) d’après ce que je me souviens, par contre, j’ai oublié son nom… Bien bonne en tout cas !

Vers 20h Louisa me dit qu’elle en a marre et qu’elle veut aller manger, on monte donc tout les deux, on laisse D’jo-D’jo et Vince et on leur dit qu’on viendra les chercher dans 20 minutes.
On fait chauffer l’eau, et pendant ce temps, on profite un peu de notre intimité. C’était super chaud, à tel point que l’eau bouillait et qu’il a fallut mettre les patates dedans.
Je suis donc allé cherché les deux alcoliques. J’ouvre la porte, c’est la blonde qui m’accueil, elle me tend un verre, le remplis de vodka et de jus d’orange (ou de citron, ou un mix des deux…) et je commence donc a boire et a discuter… A un moment il y avait un gars qui comatais à coté de moi, un autre gars arrive et déclare :
« He’s bourré ! »

Trop beau ! Son premier mot de francais, je trouve ça magnifique.

1/2h après, Louisa arrive, folle de rage, je me suis fait engueuler… Forcément, je vais chercher les autres, et je me suis fait avoir, un vrai get append !
On remonte donc manger notre raclette sans appareil à raclette. Alors, comment fait on pour faire une raclette sans appareil à raclette. En fait c’est simple : tu prend un plat qui va au four, tu met le formage dedans et tu met tout ça au four, tu attend que ca fonde, et tu sert à tout le monde.
La raclette était bien bonne, on a bien mangé, bien bu et tout et tout…

Après manger, Louisa s’est endormie sur moi dans la canapé, et Johan c’est endormis (presque sur moi aussi) dans le canapé, du coup on a fait les cons Vince et moi avec les appareils photos… Après avoir bien fait mumuse avec et fait des vidéos complètements débiles, on est allé se couché, D’jo-D’jo s’est juste posé comme une loque sur son lit, j’en ai profiter pour lui foutre des coups de gants de ski dans la figures et lui mettre des coups d’oreillers aussi…
Par contre je sais pas ce que j’ai eu pendant la nuit, mais j’ai du boire 1L d’eau, impressionant !

Lendemain matin, reveil plutôt difficile pour tout le monde… On avait un peu tous la tête dans le cul, il faisait super beau dehors, grand soleil, avec le balcon qui donne en plein Est, c’est plutôt agréable le matin, du coup on a pris le petit dèj’ sur le balcon…

10h, on retourne sur les pistes.
J’avais bien la forme le matin, on s’est refait le hors piste dans la combe avec la corniche, je ne sais même plus combien de fois on a du la faire, bref, après on a fait un peu le tour de la station, on voulait faire la piste du vallon de praz avant que ça ferme, manque de pot, le télésiege est tombé en panne et il n’a jamais été réouvert, on était vraiment dégouté… On a été faire un tour vers 12h au télésiege voir si il allait reouvrir ou non, finalement ça a été non, on en a profité pour faire une noire qu’on avait jamais faite, il y avait un filet : « Attention, piste avalancheuse… » on a regardé comment était la piste, c’était pas super raide, il y avait des gens qui passaient du coup on y est allé, c’était bien sympa comme piste et y’a pas eu de déclenchement…
On s’est arrété de skier vers 13h30 je crois, on est allé manger des pâtes préparées par mon petit bébé et on a fini la charcuterie de la veille.

15h environs, on retourne sur les pistes, Johan est super motivé pour refaire son hors piste de la veille, on y va à trois, et là c’est la cata…
D’jo-D’jo passe devant, il veut essayer un autre passage, pas de chance : il plante les 2 spatules et déchausse, il fait un roulé boulé, un ski dévale la pente et s’arrete 10m en bas dans un arbre, Johan descend le réccuperer…
Pendant ce temps je me motive pour y aller aussi, je passe un peu au dessus de là ou Johan avait voulu passer, je bute sur une bosse : pas assez de vitesse pour la passer, du coup je la contourne, je passe sur de l’herbe qui depassait, et là, je n’ai rien compris : perte d’équilibre. Je tombe. Je glisse sur 5 metres, la tête en avant, il faut a tout prix que je fasse passer mes skis face à la pente pour pouvoir m’arreter, je fait basculer mes jambes par dessus ma tete, je plante les skis dans la neige et j’arrive enfin à m’arrêter. Je me remet de mes emotions et je repart, là nouvelle erreur : premier virage, je me suis laissé avoir par la neige, j’ai un ski qui accroche et je déchausse, redégringolade… Je suis un peu énervé contre moi même, je crois que je suis plus fatigué que je ne le pensait. Je vais chercher mon ski qui s’était planté un peu plus en bas.
Je m’arrete un moment, et je repart encore un coup, et là pareil, je n’ai rien compris, j’ai encore déchaussé, ce coup là j’en ai vraiment marre, je suis bien énervé contre moi, je suis pas aussi mauvais d’habitude en ski… Ce coup là mon ski est resté en haut, je déchausse et je monte le chercher, Vince était encore tout en haut, il nous regardait nous casser la gueule, ça ne le rassurait pas des masses… Finalement il s’en est bien sortit : il n’est même pas tombé.

On retourne donc au hors piste qu’on maitrise : celle du matin et de la veille, la combe avec la corniche, et là, miracle, j’arrive de nouveau à skier sans me vautrer… On se la refait quelques fois et après direction le snow park histoire de s’amuser sur les bosses et de bien se finir. Manque de pot, le tire fesse venait de fermer. Pas le choix on retourne à l’appart… Je crois que j’avais jamais descendu d’une traite sans m’arreter autant de piste…

Arrivé à l’appart de la vaisselle m’attendait, on a rangé l’appart, passé l’aspirateur, mis les affaires dans les voitures et voilà. Les Tcheques nous regardaient depuis leur balcon, un dernier au revoir, et nous sommes partit.
Un très bon week end donc, heureusement que j’avais pris la creme solaire car le soleil tapait fort… Johan était bien rouge, moi j’ai juste un coup de soleil sur l’oreille… bien laid quoi…

Désolé pour la longueur du billet, et bravo à ceux qui auront lu jusqu’au bout !
(j’ose même pas me relire…)

6 commentaires sur “Week end aux 7 Laux

  1. J’ai pas lu…
    Mais j’avais envie de mettre un commentaire pour dire que c’est trop long à lire =)
    Nan c’est vrai quoi, c’est limite si il faut pas réfléchir pour lire ce blog, maintenant !

  2. Bon, JS a oublié de dire qu’en plus de boire de la Slévovitsé à 52°, avec Vinc’, on a fumé un de leur truc. Je sais pas ce qu c’est, tout ce que je sais, c’est que j’avais jamais fumé un truc aussi radioactif. ça m’a explosé la tête d’une manière, impressionant, j’ai mis 1H à m’en remettre. Bon, OK, j’ai pas l’habitude mais là, ça cartonnait bien.
    Bon, sinon, si JS c’est vautré dans le hors-piste, c’est qu’il est mauvais, c’est tout !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.