En ce moment, je n’arrête pas d’apprendre… Et j’apprends surtout à désapprendre…

Au printemps 2017, je revois complètement ma posture, ma position et mes appuis en course à pied. Je passe d’un amorti sur le talon à un amorti sur l’avant du pied, ça change tout et ce n’est pas évident de prime abord.
Je me souviens surtout de grosses courbatures aux mollets..

Mars/avril 2018, je fait la même chose avec le ski de piste. J’ai une mauvaise position, trop en arrière, je ne déclenche pas mes virages comme il faut.
Cette saison, je continue les efforts pour désapprendre. Ça me demande une énergie folle et beaucoup de concentration, il y a encore du boulot, mais ça commence à payer.

Depuis septembre, je me suis remis au badminton, pareil, il faut tout apprendre, les placements, les déplacements, le maintient de la raquette, tout est à apprendre.

Et maintenant, je me suis mis à Dark Souls 2. Un nouveau type de jeu, avec une difficulté bien au delà de ce que j’ai l’habitude.
J’en suis à 10h de jeu, et pour quelqu’un qui connait ce genre de jeu, il aurait mis moins de 2h pour arriver là où je suis. J’ai du mourir plus de 300 fois déjà, mais je recommence, sans relâche, et ça commence à payer, maintenant, les premiers chevaliers qui me paraissaient imbattable, je les achève en 3 coups sans m’en prendre un seul.

Beaucoup d’effort pour un maximum de plaisir sur le long terme. C’est ce que je vise.

Première année où je fais autant de sport… Et je peux surement en faire encore plus…

Strava permet de faire un petit bilan vidéo, assez sympa…

Pour comparaison, en 2017, j’avais fait 527km et 68h d’activités.
Cette année, 717km et 98h d’activités

2019, je vais ajouter le vélo et s’il neige, du ski de fond !

Depuis quelques mois (années ?) mon iMac de 2011 ramait de plus en plus…
J’avais large le temps d’aller au chiotte pendant le boot.
Ça commençait à me gaver sévère et j’avais pas envie de me racheter un ordi.

En en parlant à gauche, à droite, on m’a conseiller de formater et de réinstaller au propre l’OS, et que ça donnait une seconde jeunesse à l’iMac.

Je me suis donc lancé, et franchement, c’est très simple.

La doc officielle est ici : Réinstallation de macOS à l’aide de la fonctionnalité de récupération de macOS

J’ai choisi de formater mon disque dur.
Auparavant, j’ai bien fait attention de faire un dernière sauvegarde Time Machine.
Formatage rapide, je n’étais pas là pour effacer mes traces.
Durée de l’opération : 30 secondes.

Ensuite, installation du dernier OS disponible pour ma machine, ça se fait tout seul, au bout d’un moment, l’ordi redémarre, nous demande de configurer et si on veut récupérer une sauvegarde depuis Time Machine.

J’ai fait ça, l’interface me propose ce que je veux importer, j’ai tout sélectionner (Applications, dossiers, etc…).
Une fois fini, mon iMac était comme 3h auparavant, avec toutes mes données.

Durée totale de l’opération : 3h30, le plus long a été la récupération depuis Time Machine.

Je n’ai pas encore testé si l’ordi est plus rapide qu’avant, j’ai eu l’impression, mais pas eu le temps de tester en profondeur, ce sera pour ce soir.

A suivre…

Un peu de course à pied, un peu de trail, un peu de rando…

Pendant l’été, je me suis dit quelques fois que j’aimerais bien changer un peu, faire un autre sport, faire de plus longues sorties, voir plus de paysages…
Je me suis dit que le vélo, ça pourrait être sympa, reposer un peu le dos.

Début septembre un collègue m’a prêté son vélo, j’ai fait deux sorties, dont le tour du lac, c’était top, bonnes sensations, grand plaisir, c’était ça qu’il me fallait.

Du coup, pour mes 40 ans, hop, petit cadeau. Un vélo de route.

Je découvre un tout nouveau monde, où les pédales sont vendues séparément, où on doit porter un moule bite à couche et où les chaussures sont accrochées au pédales. Casse gueule cette histoire…

J’ai pris un Giant, cadre carbone, groupe tiagra. Une fin de série, ça m’a permis d’avoir un bon prix.
L’élément limitant devrait être le bonhomme, pas le vélo.

Y’a plus qu’à attendre le printemps !
Ça va être long… (heureusement qu’il y a le ski)

Il y a quelques semaines, je sortais d’un weekend un peu déprimé. J’étais pourtant allé courir deux fois, mais un sentiment de non accomplissement se faisait sentir.

J’ai passé un moment pour identifier d’où venait cette sensation et j’ai finalement trouvé : je n’avais rien fait d’exceptionnel. Les deux sorties, je les avait déjà fait pleins de fois, des distances moyenne, aucun défi.

Je me suis dis : Ok, je vais me programmer un sortie trail un peu sympa pour vendredi.

Je vais sur movescount (le site de Suunto) pour faire un tracé, c’est plutôt bien fait, c’est efficace, ça calcule la distance et le dénivelé direct et on peut l’exporter en GPX.

Je termine ma trace, j’me suis fait plaisir : 28km, 1350m de dénivelé.

OK.

L’itinéraire…

Je vais en chier.

Première évaluation du temps : 3h30.
J’me dis ensuite qu’il y a quand même 1300m à grimper… Bon, plutôt 4h30…
Bon, en fait, je vais pas me mettre la pression sur le temps, on verra bien.

Je prépare mon trail et je me rends compte que 2L d’eau, ça risque de ne pas suffire. Je regarde sur la carte et je cherche les points d’eau. Il y en a 2 : un vers le début, un vers la fin, rien au milieu. La pute.
Je vais en chier.

Je continue la préparation et je me dis qu’il faut que je parte tôt pour profiter de la fraicheur. 8h ça devrait être bien. Ça me fait arriver à 12h30, c’est pas mal.
Je regarde la météo, il va faire chaud. Par précaution je décale d’une heure le départ : 7h.
Je vais en chier.

Vendredi, 6h du mat, je me lève, je prépare un thé, je bois tranquille sur le balcon, je regarde le jour se lever, c’est bien cool.
Toutes mes affaires sont prêtes, j’ai l’itinéraire sur mon smartphone et sur ma montre, je vais pouvoir tester ça aussi, c’est top !

7h je suis parti, j’y vais tranquille, je reste dans les 150/160bpm, donc je vais lentement, mais au moins, je ne risque pas d’exploser tout de suite.

Passage par le parc de Buisson Rond, direction Saint Baldophe, arrivée au sommet du Mont Charvais, puis direction la croix de la Coche.
Je fais une halte « point d’eau ». La source coule au goute à goute, je reste pendant 10 minutes à remplir ma poche… Petit repos, j’en profite.

Croix de la Coche, nickel, je suis toujours bien, je continue vers le passage de la Fosse, ça grimpe. Je marche vite tout en surveillant le cardio, toute la montée est à l’ombre sous les arbres, c’est cool. Il fait chaud mais ça va.
Un petit crochet au Bec du Corbeau pour faire des photos et admirer le point de vue et je repars.

Jusque là, tout va bien :)

Arrivé au tunnel, je redescend sur Chambéry par la route du col du Granier, là c’est top, il fait super frais.
Je continue la descente, et là, je part dans la forêt. La navigation sur la montre m’aide bien à trouver les sentiers à emprunter, je me gaufre plusieurs fois, les sentiers sont mal indiqués, très peu empruntés, donc assez difficile à repérer.
Heureusement, la montre vibre quand je m’éloigne trop du tracé, un coup d’œil et hop, je reviens sur le bon chemin !

Avant la dernière montée, là, je fais un pause, j’en suis à 17km et je sens que ça commence à être dur. J’ai déjà fait 900m de dénivelé, il reste encore 400m à faire et 12km.
Je prends un gel à l’ombre d’un arbre, je suis paumé je sais pas trop où, au dessus de Montagnole, ça c’est sûr.

La descente. Enfin, dernière partie. Sur le bitume, en plein cagnard.
Super.
Chaleur.
Soif.
Cramage.

C’est pas du tout agréable, il est pratiquement midi, il me reste à faire 2km, je suis au parc de l’étincelle et j’ai un coup de mou, je marche en mangeant un second gel et en buvant de l’eau.
Je repars en courant pour la dernière ligne droite.

En bas du parc, je croise un gars devant le bâtiment des sports ou je sais pas ce que c’est. Je lui demande s’il y a de l’eau, on cherche ensemble pendant un moment, finalement non. Je repars, ma poche est pratiquement vide.

J’arrive chez moi, je me pose sur le muret un moment. 5h30.

Un voisin passe et me demande : « ah, vous allez courir ? »
– « Non, j’en viens »
– « ah, bien ! Combien de temps ? »
– « 5h30 »
– « Putain ! Mais vous avez l’air frais là pourtant »
Non, j’étais pas frais…

Le résultat sur Strava

C’était super cool ! Je me suis bien amusé, pas ennuyé un seul moment, j’ai encore vu pleins de nouveaux coins que je ne connaissais pas, de beaux points de vue.
Et maintenant, je sais que je suis capable de le faire et de tenir.
Du coup, un trail de 21km ça ne me fait pas vraiment peur, je ne vais pas faire un super temps, mais je sais que je peux le faire !

Vivement les 2 Alpes !

Moins de vacances en juillet, de grosses chaleur, de la canicule… Tout ça fait que j’ai fait moins de sorties…

Petit bilan du mois :

  • 7 sorties
  • 14h
  • 82km
  • 3500m de dénivelé

Course à pied :

  • 5 sorties
  • 8h15
  • 62km
  • 1980m de dénivelé

Autant de sorties en course à pied qu’au mois de juin, par contre, un très gros trail (29km – 1300m D+) ce mois-ci. Première fois que je fais une telle distance, c’était long (5h30), mais c’était top !

Randonnée :

  • 2 sorties
  • 6h30
  • 20km
  • 1500m de dénivelé

La randonnée c’était moins ça ce mois… Je n’avais pas forcément de voiture pour me déplacer le vendredi, et des sorties entre potes prévues le weekend, bref, j’ai profité quand même !

Pas de 2000 dans les Bauges, ni en Chartreuse. Un 2000 dans les Belledonnes (Croix de Chamrousse par les lacs Roberts).

Je vais attaquer le mois d’août par un 2000 en Chartreuse (Lance sud de Malissard) si tout se passe comme prévu.

Ah, et j’ai une nouvelle montre

Ce weekend, petite randonnée entre pote, super paysage, baignade dans un lac à 2000m, super top !

Je me suis amusé à comparer la trace GPS produite par ma Suunto à celle faite par l’iPhone d’un pote.

La première image est la Suunto, la seconde (avec le bouton « GPX ») est celle de l’iPhone.

La différence n’est pas énorme, ce qui est marrant, c’est que « globalement », toute la trace est décalée.

Semaine dernière, avec deux potes, on va se faire une petite randonnée. La météo annoncée est au beau fixe avec un bon 30 degré sous le soleil.
Au final, c’était couvert, il y avait du vent et on a eu de la pluie. Pas chaud.

Au retour à l’appart, je veux synchroniser ma montre (qu’un de mes potes m’avait filé), plus assez de batterie, il faut recharger.
Je la branche. Charge pas. Je rebranche. Charge toujours pas. Je débranche, je rebranche. Nope. Je bidouille. Non plus. Je souffle dans le trou. Pas mieux.
Au bout de 20 minutes, le verdict est tombé : c’est mort.

Plus de montre. Merde.

Le lendemain, je vais sur le site de Suunto, et je cherche ce que je pourrais prendre.
Un comparatif me fait ressortir la Spartan Ultra et la Spartan Sport. Le prix me fait choisir le modèle sport. Ok, pas d’altitude barométrique, mais bon…
Je la commande sur Amazon (c’était moins cher) et j’attends le facteur.

Du coup, ce matin, j’étais super motivé pour aller courir ! Une petite Chambérienne, 10km, tranquille.
Pas si tranquille en fait… y’a fait méga chaud, genre 30 degré. Je suis rentré, j’avais des traces de sel au tempes.

Bref, la montre.

Ça indique tout ce qu’on veut. On peut brancher pleins de capteurs, j’ai juste une ceinture de FC, et comme d’hab, je suis dans le rouge. Et la montre te le fait bien voir. Il y a un cercle qui fait le tour de l’écran et qui t’indique dans quelle zone tu es. La seule fois où j’étais dans le vert, c’était les 10 premiers mètres.
Sinon, on peut configurer plusieurs profils, course à pied, trail, rando, nage, etc… On peut même se faire des profils personnalisés. Par contre le nombre d’écran est limités et on ne peut pas mettre de graphiques. Un peu dommage.
Ce qu’il y a de bien c’est que l’écran est assez grand et que l’on peut faire afficher pas mal de données par écran.
Plutôt pratique, ça évite de faire défiler les écrans pour avoir les données.

La montre est tactile, on peut naviguer en faisant des swipes, ou sinon avec les boutons. Bien pratique.
Autre option sympa, elle vibre. Sur la Polar, les tours auto au km sont bipé, des fois, tu ne l’entends pas. Là ça vibre dans le bras, impossible de le rater.

La trace GPS n’est pas super super par contre, un peu déçu par rapport à la Polar que j’avais avant qui était assez précise.
A voir sur plusieurs sorties si ça se confirme.

Il va me falloir un peu de temps pour me familiariser avec toutes les options, mais ça va, ça se prend très facilement en main.

Mont Colombier

Je me suis fixé comme objectif d’aller courir 2 fois par semaine et de faire une sortie en montagne le weekend, pour l’instant, je n’y suis pas encore, mais ça progresse.

Petit bilan du mois :

  • 12 sorties
  • 22h
  • 109km
  • 6900m de dénivelé

Course à pied :

  • 5 sorties
  • 5h
  • 45 km
  • 1422m de dénivelé

A noter, une grosse sortie, 18km – 650m de dénivelé. J’ai pu tester une pâte de fruit, ça boost bien pour le retour :)

Randonnée :

  • 7 sorties
  • 16h
  • 63km
  • 5479m de dénivelé

J’ai commencé ma série des 14 2000 des Bauges : le Mont Colombier et la dent d’Arclusaz, j’avais déjà fait le Trelod il y a 2 ans.

Je me suis aussi fait un bivouac en solitaire. Hum. C’est pas forcément ce que je préfère…

Pas de pression pour le mois de juillet, il fait chaud, donc difficile d’aller courir en sortant du boulot, par contre, les weekends de 3 jours vont faire du bien !

De temps en temps, je prends mes baskets et je vais courir ou faire une rando en montagne (je vais même des fois courir en montagne) et pour suivre un peu ce que je fais, j’utilise Strava depuis mon smartphone. Je lance l’application, ça me géolocalise et ça me permet d’avoir ma trace, la distance parcourue, l’allure (la vitesse, pas mon style quand je cours), le temps, le dénivelé, etc…

Tout ça c’est pas mal, sauf que la puce GPS de mon smartphone est passablement pourrie.
Mais vraiment. Sur un parcours de 6km, je peux avoir 1km de différence certaines fois, car le GPS m’a balisé n’importe où.

Un pote m’a passé sa montre, une Polar M400 et depuis 1 semaine, je la teste un peu plus, et surtout pour enregistrer mes courses.
Y’a pas à dire, la puce GPS est bien meilleure, par contre, il lui faut un loooong moment pour choper les satellites. Ce que je fais du coup : je met la montre sur mon balcon pendant que je me prépare, ça lui laisse 10 minutes, on est large.

Hier, j’ai couplé un capteur de fréquence cardiaque à la montre et j’ai donc pu constater que je suis au bord de la crise cardiaque quand je cours.

J’ai donc maintenant comme données : la distance, le dénivelé, le temps, l’allure, la FC et la cadence (nombre de pas par minutes). Plutôt sympa :)

Bon, il va falloir que je m’entraine pour faire baisser mon rythme cardiaque…

Lundi 1er avril 2018, 15 ans après avoir repris le ski et à pratiquement 40 balais, j’ai fait une journée de cours de ski.

Ce fût dur.

Je suis allé passer cette journée normalement ensoleillée avec un pote et sa fille. Mon pote sachant très bien skier, et surtout en hors piste, je lui avais demandé de me corriger.
Effectivement il y en avait besoin.

J’ai donc passé toute la journée à désapprendre et à apprendre à skier « correctement ».
Pas de chute, mais ça m’a demandé beaucoup d’énergie et de concentration.
C’était cool en tout cas, j’ai senti une amélioration en fin de journée et les virages en hors-pistes (entre 2 pistes en fait) me demandaient moins d’efforts qu’avant.

J’espère pouvoir y retourner samedi pour continuer à bosser mes virages et ma position.

(putain, il est classe mon masque)

(ah, et toujours aussi top les chaussures !)

Depuis plusieurs mois, et ce n’est pas un euphémisme, depuis août 2017, j’avais des comportements étrange lors de la recharge de mon smartphone.

  1. Le quick charging fonctionnait un peu quand ça voulait, voir, ça ne chargeait pas.
  2. En voiture, avec waze et le smartphone branché sur allume cigare, la batterie se déchargeait quand même.

Pour le point 1, j’ai pensé que cela venait de la prise micro-USB de mon smartphone, ça arrive « souvent », Marlène avait eu le coup, une boutique de réparation la lui avait changé pour 20€.
Je me renseigne, ça coûte plus cher : il y a une soudure à faire, c’est délicat, 80€.
Je n’ai pas fait l’opération, en enlevant et remettant plusieurs fois de suite le câble, généralement, ça rechargeait.

Pour le point 2, je pensais simplement que waze était vraiment gourmand. Le salopiot.

L’autre jour, je commande sur amazon une paire de câbles micro-USB, j’en voulais un pour le laisser dans la voiture. Je reçois la commande et nickel, samedi on devait faire un peu de route.
Je branche le tout, je lance waze et roulez jeunesse.

Au bout d’un moment, je jette un coup d’œil au niveau de la batterie : 76%. Cool, il m’en reste large.
Quelques minutes plus tard, je regarde encore : 77%.
Merde. C’était 76% tout à l’heure ? Je ne sais plus. Du coup je scrute le niveau de batterie et au bout d’un moment, assez long, 78%. Ah ben merde, ça augmente !
Je réfléchis brièvement : le câble.
En arrivant à destination, le niveau de la batterie avait encore augmenté.

Le lendemain, de retour chez moi, je teste le nouveau câble en remplacement de celui d’origine. Chargement rapide directement. Je fais le test plusieurs fois. Idem.

Depuis tout ce temps, c’était le câble USB qui était foireux. Je ne pensais pas que ça pouvait marcher « à moitié »…

J’ai économisé 80€.

Grosse motivation hier, malgré la pluie en plaine.

J’ai réussi à motiver un voisin de se faire une session à la Féclaz l’après-midi.

On a bien fait, il était tombé 15cm la veille, et il a neigé toute l’aprèm.
On a commencé par se faire une petite piste rouge pour se chauffer, puis direction le premier hors piste que je connais bien. Bon, forcément, j’ai raté l’embranchement pour le prendre, donc on s’est tapé la piste bleu et c’est reparti pour un tour.
Seconde tentative, bien mieux. Personne n’était passé récemment, on a donc ouvert la voie. Arrivé au spot, mon voisin a été épaté, il ne pensait pas trouver un hors piste comme ça à la Fléclaz.
Descente au top, j’ai testé une nouvelle technique de virage en poudreuse : lever le pied interne. Ça marche nickel, merci Youtube.
Et on a continué comme ça, pendant toute l’après-midi. On a testé d’autres hors-pistes, mais ils sont moins fun. Ce qu’il y a de cool, c’est que c’est un grand champ avec des arbres espacés, donc on peut bien s’amuser à virer entre.

J’ai donc pu tester mes nouvelles chaussures, c’est au top, je suis comme dans des chaussons dedans, pas de points de compressions, assez large aux orteils, bien maintenu à la cheville et au mollet. J’avais bien chaud aux pieds, que du plaisir !
Le masque, super aussi. Bonne visibilité, aucune souci par temps couvert avec neige. Il faudra que je le teste avec du soleil, ça serait sympa :)

Pour aller au taf, j’utilise principalement 2 moyens de transport.
L’hiver la voiture, l’été, le vélo.

Régulièrement, je regarde si je ne peux pas remplacer la voiture par le bus, on ne sait jamais !

En voiture, il faut entre 15 et 20 minutes pour faire le trajet domicile – travail.
On est 3 dans la voiture, Marlène, un voisin et moi. La voiture est donc plutôt bien utilisée.

En vélo, il faut 35 minutes pour faire le même trajet.
C’est agréable, pas de bouchon, pas de stress. C’est ce que je préfère.

Maintenant, le bus.
Une image parlant plus qu’un long discours :

Donc, en bus, il faut 51 minutes et 1 changement à la gare.

On m’apprend en bas que j’émets 3 fois moins de CO2 en bus qu’en voiture. Vu que nous sommes 3 dans la voiture, je pense que ça se compense. Et vu qu’il me faut 3 fois moins de temps, la voiture est encore le meilleur moyen de transport pour moi l’hiver.
Alors, certes, ça fait toujours une voiture en plus sur la route.

Par contre, l’été, en vélo, je vais toujours plus vite et je n’émets absolument rien, c’est encore mieux !

Bref. Le STAC a encore du taf devant lui.