huge-slack-logo-on-white

Une chose que je sais maintenant, c’est qu’un outil est d’autant plus utilisé s’il est utile et non imposé.

C’est en me rappelant cette simple phrase que j’ai réussi à faire adopter à pratiquement toute l’équipe Slack pour une utilisation quotidienne.

J’ai commencé il y a 1 an et demi environ. J’entendais parler de Slack un peu partout sur le net, et des amis d’autres boites m’en parlaient aussi. J’ai donc voulu tester.
Ok, Slack, c’est un IRC amélioré, avec de l’intégration d’applications et on peut faire afficher des emoji et des gif, mais sinon, le gros principe reste de l’IRC : des salons de discussions et de la discussion en privé (1-1).

Pour tester, il fallait être deux, j’ai demandé à un collègue qui nous avait rejoins temporairement de tester avec moi, on s’est amusé un moment avec, mais ne travaillant pas sur les mêmes projets, nous n’avions pas grand-chose à partager sur Slack.
Quelque temps après, Marlène avait un souci avec sa messagerie instantanée (qu’elle se servait principalement pour me parler. Me demander de démarrer un projet, où se trouvait un fichier, l’url d’un site ou ce qu’on mangeait ce soir).
Je lui ai donc installé Slack, et on a commencé à se l’approprier.

Puis, un jour, en discutant avec un collègue qui part souvent en clientèle, je lui montre Slack et lui fait comprendre que ça pourrait être pas mal lorsqu’il est en déplacement et qu’il a une question rapide à me poser par exemple. Il est séduit et commence à l’utiliser.

Plus tard, un autre collègue vient me trouver et me dit : « Tiens, j’ai vu que t’utilisais Slack, tu voudrais pas m’inviter, ça m’éviterait de t’envoyer des emails pour te demander une url, ça serait bien plus pratique ».

Etc.

Je n’ai jamais fait de publicité sur l’utilisation de Slack dans l’entreprise, je pense que certains ne savent pas vraiment que c’est utilisé.
Actuellement, pratiquement tout le monde l’utilise, chacun est venu à un moment donné me demander de l’ajouter, parce qu’il en avait besoin, parce qu’il en avait l’utilité.
Ceux qui ne sont pas encore dessus (il manque deux personnes) y viendront surement bientôt. Quand elles en auront l’utilité, ou qu’un autre collègue leur en aura parlé, mais pour le moment ça ne sert à rien que je leur impose cet outil, ils ne s’en serviront pas.
Il faut que ça vienne d’eux, ça sera beaucoup plus productif.

Ah, et autre bénéfice : je ne me suis pas épuisé pour le faire adopter ;)

Aussi sur :

open-doors-1518244

De nombreuses études estiment qu’ils [les objets connectés] seront 25 milliards d’ici 2020, et peut-être 150 milliards d’ici dix ans. Cette prolifération attendue n’est pas anodine, surtout quand ces objets s’intègrent de plus en plus dans notre vie quotidienne, comme le montre la liste des start-up sélectionnées pour représenter la French Tech au prochain salon de l’électronique de Las Vegas en janvier 2017.

Sur les 28 produits présentés, 24 se basent sur l’Internet des objets : un tapis anti-escarres, un oreiller high-tech, des capteurs pour surveiller des animaux… A peu près tout et n’importe quoi, sans oublier, évidemment, les chaussures et les brosses à dents connectées.

On peut s’interroger sur cette abondance de nouveaux objets alors que leur manque de sécurisation constitue un vrai risque sociétal.

Source : Sésame, connecte-toi ! Les dangereuses failles de l’Internet des objets – Technoverdose – Rue89 – L’Obs

Petite anecdote toute simple : cet été, j’étais à un barbecue dans un lieu public, un pote avait apporté une enceinte bluetooth et m’a demandé de diffuser de la musique dessus via mon smartphone. J’active le bluetooth, et je me rends compte que j’avais aussi accès aux autres enceintes bluetooth des voisins qui faisaient comme nous.
J’ai sélectionné l’enceinte de mon pote, et j’étais connecté immédiatement. Rien, pas de processus d’appairage avec validation. J’étais juste connecté.
J’aurais pu me connecter à l’enceinte de mes voisin et diffuser du Justin Bibber ou du maitre Gimms, ou passer un discours de Marine Lepen, pour leur foutre les boules…

C’est anodin, c’est pas grand chose, mais ça se fait de base, sans avoir à cracker quoi que ce soit.

Aussi sur :

bivouac-lac-amour-2

Je devais y aller avec des amis il y a 2 semaines, mais la météo n’était pas favorable, on a préféré reporter, et on a bien fait.
La météo était au top, un peu de nuages lors de la montée, mais ça s’est vite dégagé.

Départ de Treicol dans le Beaufortain, et direction le lac d’amour. On a raté une indication et raté le chemin qui allait directement au lac. Du coup on pensait qu’il fallait continuer, on est allé jusqu’au fin fond de la vallée, pratiquement jusqu’au col du coin pour revenir sur le flanc de montagne opposé et finalement arriver au lac. Ce “petit” détour nous aura quand même rajouté 1h de marche, c’est donc avec le soleil pratiquement couché qu’on est arrivé.
J’avais pourtant regardé sur OpenStreetMap, pas d’autre chemin… On l’a finalement trouvé le lendemain en rentrant, effectivement on était passé devant, mais seul 4 cailloux indiquaient qu’il fallait tourner, et encore, ce n’était pas clair.
J’ai donc rajouté hier le tracé sur OpenStreetMap pour les prochains randonneurs, la correction est déjà effective.

On avait pris les appareils photos, filtres, trépieds et tout le bordel. Ouais, on était putain de chargé. Entre la tente, le matelas auto-gonflant, la bouffe, l’eau, les vêtements, le duvet… Je devais avoir pas loin de 13Kg. Mes trapèzes me le rappellent encore un peu (mais ça va).

On voulait prendre des photos de nuit, avec la voie lactée, les tentes, et tout.
Franchement, c’est super dur. Je ne sais pas vraiment comment il faut faire niveau technique. On a donc improvisé, vous pourrez juger dans la galerie.

A 21h, il faisait trop froid, on est allé se coucher. Un pote m’avait prêté son duvet, un -2°C en confort. Franchement, ça m’a sauvé la vie. Il m’a fallut une bonne heure pour réchauffer le duvet, et après, j’étais au top ! Pratiquement rien dormi, mais j’étais aux anges.
Entendre le silence, être blotti au chaud dans un espace confiné, sortir la tête et se geler le nez, se rappeler du paysage qui nous entourait, je n’avais qu’une envie : profiter de la nuit.

Bon le lendemain, tête un peu dans le cul quand même, faut pas déconner. La réalité revient vite.
Le temps de prendre un thé, de se rendre compte qu’il y avait du givre partout et surtout sur les tentes, se dire qu’il avait dû faire bien froid pendant la nuit et on est repartis.

Aussi sur :

cables-reseaux

En publiant ses lignes directrices sur la neutralité du net qui s’imposent à tous les régulateurs européens, le BEREC a donné pleinement satisfaction aux organisations qui plaidaient pour une obligation la plus ferme possible de respecter le principe par lequel Internet s’est développé.

Source : Un « triomphe » pour la neutralité du Net en Europe – Politique – Numerama

Cool, une bonne chose de faite !

Aussi sur :

opera-vpn

Opera a sortit il y a quelques jours (le 24 août 2016) un VPN pour smartphone. Entièrement gratuit, il permet de se connecter à 5 serveurs différents (États Unis, Canada, Allemagne, Hollande et Singapour). D’autres emplacements devraient arriver prochainement (c’est ce qu’ils disent dans la description de l’app en tout cas).

Il permet de sécuriser la connexion internet sur laquelle vous êtes en la chiffrant. Il détecte d’ailleurs si celle-ci est sécurisée et affiche une notification si ce n’est pas le cas. Il est enfin possible d’activer un bloqueur de trackers publicitaires.

A quoi ça sert ?

Si vous êtes sur un réseau wifi dont vous n’êtes pas sûr, tant par le loggin que par la sécurité (hotspot public, hôtel, mcdo, etc.), ça permet d’avoir une protection et de ne pas être à poil.

Si vous êtes dans un pays qui limite votre accès à internet, vous pouvez du coup passer ces limitations en étant connecté depuis un autre pays.

Gratuit ? Vraiment ?

Oui, gratuit, dans le sens où on ne paie rien.
Par contre, comme on dit : « si le produit est gratuit, c’est que le produit, c’est toi » (ou du genre). Et là ça commence à devenir intéressant.

Ça commence déjà par un commentaire sur l’application, et la réponse de « Rosi » :

commentaire-opera-vnp

Le gars dit en gros : Houla les gars, faisez gaffe, le VPN est gratuit parce qu’ils revendent tout votre historique de ce que vous avez fait en étant connecté.
La réponse de Rosi suit : Mais non gros bêta, le VPN est en mode « no-log » tu crains rien.

Du coup, c’est hyper facile de vérifier, elle file une URL, il suffit d’y aller.

Ben vous savez quoi ? J’y suis allé. 2 fois.
Et au début de ma lecture je me suis dit : ah oui, c’est du no-log. Han trop bien. Puis j’ai continué, et je me suis rendu compte que, ha, ben non.

Alors, qu’est-ce que ça dit pour de vrai ?

Déjà, on apprend que le service VPN est proposé par SurfEasy, une société rachetée par Opera en 2015 (jusque là, ça va)

Ça dit qu’effectivement, ils ont un service de VPN qui est no-log, mais pas pour toutes les versions. Le no-log n’est que pour les versions « payante » ou « inclue dans le navigateur Opera »

SurfEasy family of VPNs

  • Subscription service
  • Strict no-logging
  • Full featured, multi device

Opera VPN as part of the Opera web browser for computers:

  • Free – we just want you to use  the Opera browser
  • Strict no logging
  • Limited to use inside the Opera browser

Ok, dans ces deux cas, pas de logging.

Pour la version smartphone, par contre, c’est différent.

Opera VPN for mobile

  • Free to use
  • Anonymous market intelligence
  • Maybe advertising later.

Utilisation gratuite (ça OK), par contre ils ne disent pas que c’est du no-log, mais de « l’anonymous market intelligence ». En gros, on anonymise les données recueillies, et on en fait des statistiques.
Ces données sont bien entendues revendues à des sociétés tierces. C’est très bien exprimé dans la partie « comment SurfEasy gagne de l’argent avec un VPN gratuit ».
SurfEasy tente de nous rassurer en nous disant que les données sont anonymisées et que ce qui importe c’est de collecter beaucoup de données pour avoir des tendances « fiables », et non pas s’arrêter sur un comportement en particulier.

Par contre, lorsque l’on sait qu’Opera a été racheté par un consortium Chinois… Ça laisse un peu plus perplexe quant à la destination des données…

Et enfin, de la pub, dans l’app. Bon, ça, on ne peut pas leur en vouloir, ils sont transparents là-dessus aussi.
Si vous vous servez de l’app, vous aurez de la pub, un jour, pas tout de suite, mais un jour.

Du coup, j’ai testé l’application.

Ça marche très bien. Super simple d’utilisation.
Par défaut, l’app propose de se connecter au serveur le plus proche, la Hollande. Je n’ai pas remarqué une baisse du taux de transfert. En tout cas par rapport au débit un peu faible du wifi sur lequel j’étais, ça allait.

L’application permet de « noter » la connexion wifi, elle m’a donc dit que le réseau sur lequel j’étais était en « F » (ah oui, quand même) et que grâce à elle, j’étais en « A » maintenant.
Cool.

Après avoir quitté l’application et reconnecté à un autre réseau, pas super non plus, directement, j’ai eu une notification de l’appli qui m’a averti que le wifi n’était pas au top et qu’il fallait faire gaffe, tout en me proposant du coup de me connecter en VPN.
Bien sympa.

Alors, est-ce qu’il faut l’utiliser ? Est-ce que je vais l’utiliser ?

Pour le moment, je ne vais l’utiliser que de temps en temps, quand vraiment je ne serai pas sûr du réseau sur lequel je suis.

Il faut bien faire attention à ce que l’on fait, choisir entre « je surf à poil et je risque de me faire piner » et « je laisse des données qui vont être utilisées à des fin marketing ».
Pas forcément évident comme choix, mais des fois, le choix peut être simple à faire.

Depuis quelques mois, je continue régulièrement de réduire les notifications de mon téléphone, j’y vais de façon progressive.

J’ai commencé en septembre 2015 à désactiver les notifications sur facebook et à me désinscrire de pas mal de newsletter / emailing. Ça avait bien réduit les notifications, et le fait de passer mon téléphone en mode silencieux aidait aussi.

En avril 2016, j’ai désactivé mon répondeur. Maintenant si vous voulez me laisser un message vous avez deux choix : c’est urgent => SMS, c’est pas urgent => email, ou vous rappelez plus tard. Ça marche très bien, j’en suis très content.

En juillet, j’ai lu un article de Rue89 intitulé : « Tristan Harris : « Des millions d’heures sont juste volées à la vie des gens »« .

Cet ingénieur informatique a quitté Google après avoir été leur « philosophe produit ». Là-bas, il a réfléchi à des téléphones plus éthiques, qui ne nous feraient plus perdre de temps, en vain. Aujourd’hui, il veut déclencher une prise de conscience.

J’ai été très sensible ce billet, et j’ai continué ma lecture sur le site de Tristan Harris avec cet article : « Distracted in 2016? Reboot Your Phone with Mindfulness » qui explique comment organiser son téléphone pour éviter les distractions, les pièges d’engouffrement des applications et au final se libérer de l’emprise du téléphone.

J’ai donc tenté de mettre en place ces « bonnes » pratiques. J’ai désactivé toutes les notifications hormis 3 : le téléphone, les SMS et Bankin qui me prévient si mon solde de compte est en dessous d’un certain niveau.
C’est tout. Plus d’email, plus rien. Et si je n’arrive pas à désactiver les notifications depuis l’application en elle même, je vais dans la gestion des applications et je lui révoque l’accès au système de notification. Bim.

J’ai ensuite réorganisé mes écrans d’accueil. Les exemples fournis par Tristan Harris sont pour iPhone (alors qu’il bossait chez Google quand même. Le fourbe). J’ai donc dû « composer ».

Je me suis fait un premier écran d’accueil « Home » avec uniquement des applications qui ne peuvent pas me distraire mais qui m’apportent de la productivité ou un accès rapide à des applications dont j’ai besoin mais qui ne vont pas me happer.

ecran-accueil-1

L’appareil photo, qui est aussi accessible directement depuis le lock screen. Evernote dont je me sers pour tout noter (ou pratiquement tout), la météo et Navmii, une appli GPS basé sur OpenStreetMap.

Le second écran, je n’ai mis que des widgets pour le moment, et c’est orienté « santé » et course à pied.

ecran-accueil-2

Pour le moment, j’ai mis un widget de player audio, mais je me rends compte que je préfère de plus en plus courir sans écouteurs. Je verrais surement pour virer ce widget et le remplacer peut-être par d’autres apps… A voir.

Et enfin, un troisième écran avec des applications dont je me sers régulièrement, mais qui elles peuvent me happer. Pour éviter d’avoir envie de cliquer trop souvent sur les applications des réseaux sociaux, je les ai toutes rangés dans un dossier, ce qui fait que pour aller sur facebook, je dois faire deux slides vers la droite, cliquer sur le dossier « Réseaux sociaux » et ensuite cliquer sur FaceSlim (oui, je n’utilise plus l’application officielle qui est trop gourmande en ressources). C’est donc plus long et plus compliqué, donc je suis moins tenté d’y aller. (en théorie).

ecran-accueil-3

On peut voir aussi que j’ai mis quelques jeux, l’appli pour réserver le ciné, une appli pour suivre mes séries, OSMAnd (Google Maps like, mais libre, basé sur OpenStreetMap), et un dossier « Banque » avec quelques appli.

Ça fait trois semaines que j’ai mis ça en place, et j’ai l’impression que ça fonctionne bien. Je passe beaucoup moins de temps sur mon téléphone par jour (je peux le quantifier à la quantité de batterie restante à la fin de la journée), je dois passer deux fois moins de temps environ.
Mon téléphone ne m’interrompt que lorsque c’est vraiment « urgent », et encore, un appel téléphonique n’est pas forcément urgent, mais bon… Ce qui fait que pour tout le reste, c’est moi qui choisis quand je vais lire mes emails ou glander sur twitter, facebook, youtube…

Pour le moment, c’est encore un peu la phase de test, mais ce qui est sur c’est que mes écrans d’accueil sont moins des clicodrome qu’avant et ne plus entendre 200 fois par jour le « bip bip » des notifications, ça rend sereins.

Pour le coup, je me dis que les montres connectées vont vraiment à l’encontre de tout ça et doivent nuire encore plus à la santé.
Vous en pensez quoi ?

Aussi sur :

Houuuu ben ça faisait loooongtemps que je n’avais pas mis ce que j’ai lu ici. Pourtant j’ai beaucoup lu.

Après avoir terminé l’intégrale du cycle Ender, j’ai donc lu Millénium 4, non pas écrit par Stieg Larsson, mais par David Lagercrantz.

Il a réussi à reprend correctement les personnages et le style, le livre est plaisant à lire, après les histoires de piratage sont romancées, ce n’est pas du niveau de Mr Robot par exemple, mais bon. On peut passer l’éponge dessus pour un livre grand public.

Aussi sur :

20160716_154152

Il y a 3 semaines (je crois), on s’est fait un trip Romans sur Isère <-> Tain l’Hermitage à vélo pour aller visiter des caves et faire des dégustations. C’était super sympa et tout le monde avait bien apprécié. Du coup, j’ai proposé de récidiver ici, en Savoie.

J’ai un pote qui a un domaine (oui, ça aide), et je l’ai appelé pour savoir si c’était possible. Il m’a dit d’arriver vers 10h30 / 11h et que la visite durerait 3h.
J’avais pris un autre rendez-vous dans une autre cave pour le milieu d’après-midi, les gens étaient cool, ils m’ont dit d’appeler 30 minutes avant de venir, pour qu’ils puissent préparer.

Samedi matin, hop, départ en vélo depuis chez nous, on est 8, on s’y met tranquillou, et 2 minutes à peine plus tard, il faut faire un pit stop, un pneu de crevé.
Heureusement, mon pote gère ultra bien. Il aurait pu faire ça en costard blanc sans se tacher. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le vélo est réparé, on repart.
Entre temps, j’ai fait un petit message à mon pote pour l’avertir qu’on sera à la bourre.

20160716_101906

On arrive vers 11h15, Jérémy nous attendait et nous a distribué nos verres. Le temps de boire un coup d’eau, on va à la cave et Jérémy commence les explications tout en replissant nos verres directement à la cuve.
Une fois qu’on a eu fait toutes les cuves (heureusement qu’il n’y en avait pas trop au final), on monte au caveau et on sort les bouteilles, la charcut’ et le fromage.
Quand il n’y a plus rien eu à manger, on s’est resservit un verre, et départ pour une balade dans les vignes, avec explication du métier.

20160716_152410

Arrivé en haut du domaine, il était 16h. Bon, ben j’ai appelé la cave qu’on devait faire après pour leur dire qu’on n’allait pas pouvoir venir et qu’on n’était plus trop en l’état d’apprécier leurs vins ;)
Finalement, j’ai bien fait, parce qu’on est reparti vers 19h du domaine. 8h pour une dégustation, normal…

20160716_154127

C’était une vraie bonne journée, ça faisait limite vacances.
Et encore un grand merci à Jérémy pour la visite et la dégustation !

Aussi sur :

Y’a des jours comme ça, j’ai de bonnes idées… Je téléphone à mon pote « On va courir ? ».
Il me propose un parcours de 17km avec du dénivelé, je me dis pourquoi pas. 17 bornes j’ai déjà fait, et un peu de dénivelé, ça peut être sympa si j’explose pas direct au bout de 5 minutes…

Finalement, après 6km de côte, j’ai pas explosé, j’étais même bien… On attaque la descente et là mon pote me dit « tu te sens comment ? On se rallonge de 4km pour se faire un semi ? » A ce moment là, j’étais pas mal, j’accepte.

A un moment, petite côte de merde, la grosse pute, j’ai les jambes en bétons.
Souffrance.

On continue, je sors une barre à la banane, je sens des frissons au niveau de la tête, j’ai pas forcément envie de faire un coup de moins bien.

Finalement, j’ai craqué, pas loin, mais ça je ne l’ai appris qu’après, à 800m de l’arrivée.
Bref, du coup, j’ai marché pendant un moment, le temps que je me perde, j’ai fait 2km en plus au final en marchant. Au moins ça m’a fait du bien, j’ai pu récupérer un peu.

Ah, et du coup, j’ai testé mon sac de trail. J’avais bien fait de le prendre, j’ai bu toute l’eau :)

Réflexion après course : putain, le sport c’est pas bon pour la santé. Courir, c’est bien, mais quand tu dépasses pas les 10km…

La petite trace qui va bien :

Aller, la prochaine fois, j’arriverai à le faire sans marcher ;)

Aussi sur :

farmbot

Je viens de découvrir ça sur le blog de mon pote Richard, et je suis super emballé.

Un robot qui s’occupe de planter, arroser, entretenir un petit jardin. Le tout dirigé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone…
Tout le projet est opensource, c’est beau…

Bref, ça s’appelle FarmBot, et j’aime bien le concept.

Aussi sur :

yeah

J’aime bien faire du SUP de temps en temps, et ça tombe bien, Marlène aussi.
Pas en mode course, ou rando de la mort, mais en balade, avec des pauses pour se baquer :)

On y est allé dimanche matin, super agréable, beau temps de fou, lac ultra plat. On a loué pour 2h, c’était super sympa.

J’en ai profité pour tester le masque EasyBreath de Décath que j’avais acheté la veille, et franchement, ça marche bien, c’est assez étrange de pouvoir respirer par le nez sous l’eau.
Par contre, ça fait vraiment du bruit quand on respire, je ne sais pas à cause de quoi, mais c’est très bruyant. Comme si un clapet vibrait…
Bref, à voir quand je serais à l’ile Maurice. Je pense que je prendrais aussi mon masque et mon tuba pour pouvoir plonger.

Bon, sinon, je sais pas vous, mais moi, dans 4h je suis en weekend.

Aussi sur :

Pour une fois, j’avais le temps ce samedi, du coup, j’ai pu trainer pendant une plombe à Décath et faire un peu le tour de tous les rayons.

En novembre, je pars à l’ile Maurice en vacances, vu que ça va être l’été et qu’il y a l’océan indien, j’avais envie de tester le nouveau masque de snorkeling.
D’après ce que j’ai vu, on ne peut pas descendre à plus d’1m de profondeur, vu que l’on ne peut pas décompresser, mais bon, le concept à l’air vraiment génial.

Je me suis aussi pris un sac de trail pour aller courir en montagne cet été (oui, c’est déjà l’été… fais trop chaud en ce moment pour courir dans la vallée).

Ensuite, je suis allé avec Marlène acheter du thé, et j’ai pris un gros sachet de maté, une calebasse et sa bombilla. C’est très amer, il faut vraiment aimer.
J’avais gouté ça l’an dernier en Espagne, ça m’avait vraiment plu :)

Par Pas d’auteur lisible par la machine identifié. Jorgealfonso supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur). — Aucune source lisible par la machine fournie. « Travail personnel » supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur)., CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=641875

Par Pas d’auteur lisible par la machine identifié. Jorgealfonso supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur). — Aucune source lisible par la machine fournie. « Travail personnel » supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur)., CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=641875

Voilou :)

Demain, on va aller se faire 2h de Standup Paddle à Aiguebelette, ça va être sympa ^^

Aussi sur :