Vu qu’on ne prend pas de vacances avant septembre, on a posé tous les vendredi du mois de juin (pour compenser). On s’était donc dit que partir juste un week-end pourrait être sympa.
On ne savait pas vraiment où aller, et la fin du mois de juin approchant, fallait se grouiller un peu.
Et là, contre tout attente (de la part de Marlène surtout), j’ai eu une idée : aller à Clermont-Ferrand.

Ouais, dit comme ça, c’est pas l’endroit rêvé pour des vacances ou un week-end en amoureux. Mais en fait, l’idée était d’aller voir d’un peu plus près les volcans, de visiter Vulcania et de visiter la ville.
Le temps de chercher vite fait un camping sur le net et de trouver deux trois trucs à faire, on était prêt.

Départ le jeudi en fin d’aprèm (après le taf). On roule jusqu’à Royat, un bled à la sortie de Clermont. On trouve le camping du premier coup, bien qu’avec le GPS c’était pas gagné d’avance, il voulait tout le temps nous faire prendre des « routes » qu’on se demandait si c’était pas plutôt des allées de garage ou des passages pour piétons…
On arrive donc au camping, on se trouve un emplacement pas trop mal, et on plante la tente, enfin, on tente (haha)… Je crois que c’est le premier camping que je fais, où il est impossible de planter une sardine. La sardine se plante sur 5cm et après, je sais pas, il doit y avoir une couche de goudron sous le revêtement stabilisé…
Bref, on arrive quand même a faire tenir debout l’ensemble, on se prend un apéro bien mérité, on mange et on va se coucher.

La nuit fut calme.

Vendredi. On va a Vulcania. On se pointe là bas, pas trop de monde, voir, pas de monde en fait, je crois que si il n’y avait pas eu 15 cars de scolaires, on aurait été limite tout seul parmi les 40 retraités qui faisaient la visite eux aussi.
Bon, vulcania, c’est plutôt sympa, y’a des, hum, trucs. Attractions. En 5D. Genre vidéos en 3d avec le siège qui bouge des ventillos qui t’ébouriffent et un spray qui fini de te foutre la crève.
Le problème, c’est que, ben c’est bien marrant 5 minutes, mais au final, t’apprend pas grand chose. Les vidéos ne sont pas assez pédagogiques, il n’y a pas d’explication durant l’attraction…
Il faut attendre d’aller soit au centre de documentation (donc lire des bouquins) soit aller dans une grande salle interactive avec là des explications écrites sur les murs.
Un peu dommage, mais j’en garde un bon souvenir quand même.

La nuit fut calme aussi.
Malgré la ventilation des chiottes qui se met en route à 3h du mat.

Samedi. Visite du Puy de Dome. Yeah. Montons à 1500m en tatane, bermuda et juste un petit gilet. Il doit faire chaud là haut, genre 12°C.
C’est bien, j’avais bien prévu moi, côté météo.
Le truc cool, c’est qu’il y a le panoramique du Puy de Dome qui vient juste d’ouvrir, un train électrique à crémaillère. Un grand parking pour pleins de voitures et de cars, et le tchoutchou nous emmène en 10 minutes au sommet du puy de dome.
La classe.
Donc en haut, ben j’étais déçu, on voit pas de cratère, ni de lave, ni rien de tout ça. Il est éteint, et quand un volcan s’éteint, un être boit de l’eau. Non en haut, il y a juste une antenne pour la TV et un temple romain dédié à Mercure (oui oui, le gars avec des ailes à ses godasses).
Bref, on fait le tour du volcan, et là idée lumineuse s’il en est : je propose à Marlène de revenir une prochaine fois faire tous les volcans en rando.
Le pire est qu’elle a accepté.

L’aprèm, direction Clermont-Ferrand. On va à l’office de tourisme, on se barde de plans, de docs et de que sais-je encore, et on va faire une balade indiqué dans une des docs. Une fois la première balade terminée, hop, vite un bistro : deux demi s’il-vous-plait !
Une fois les demi avalés, on se fait une seconde balade, et on fini dans un autre bistro. Ce coup là, on se prend deux verres de vin blanc.
Entre temps, la question de manger s’est posée. (Comme tout un chacun).
On regarde parmi les docs de l’office de tourisme et on y retourne pour demander un guide des resto (ça devait être la seule doc qu’on avait pas prise). On trouve deux resto qui nous semblaient pas mal et qui faisaient de la cuisine locale et on se dit qu’en faisant la seconde balade, on pourra passer devant les deux resto.
Les deux resto avaient l’air effectivement pas mal, mais le premier avait une meilleur terrasse. On opte donc pour la terrasse.
Une fois la balade fini, on se pose un moment sur les marches de la cathédrale de Clermont (faite en pierre de lave, forcément, ils en ont plein là bas), et Marlène me dit : « tu devrait regarder sur qype les avis des resto ».
Ho putain la bonne idée qu’elle a eu.
Le premier resto, il avait deux étoiles sur cinq, tout le monde disait que c’était de la merde, le service était à chier, les plats servis froids etc…
Le second par contre, que de bonnes critiques. J’appelle donc le resto et je réserve.
On a bien fait de réserver aussi, le resto est pas grand et les 3/4 de la salle étaient réservé par des filles qui faisaient un enterrement de vie de jeune fille.
Ambiance.
Bref, on a vraiment bien bouffé : foie gras maison, truffade (c’est genre une tartiflette, mais avec des produits locaux et y’a du jambon de pays à côté à la place des lardons), et pas de dessert pour moi, non merci, j’ai vraiment plus faim, je vais aller vomir.

Nuit calme.
Par contre, le gars qui va chier toutes les nuits à 3h du mat’ si je le chope…

Dimanche. Ben rien, on a plié les tentes, rangé tout dans la voiture, on s’est aperçu au dernier moment que les clés de la voiture étaient restées dans la tente…

Sinon, j’ai fait quelques photos, pas mal de pano, va falloir que je m’en occupe.
J’ai encore celles de liverpool à faire (c’est en cours, ça arrive).

Aller, Bisous.

2 commentaires sur “Week-end en Auvergne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.