Le weekend dernier à Chambéry, c’était la grande (ker)messe de la BD.
Comme tous les ans, auteurs, dessinateurs, vendeurs, coloristes, éditeurs et j’en passe se sont réunis dans notre petite ville de Savoie pour rencontrer le public.

J’y suis allé parce que j’avais une entrée gratuite, n’étant pas très dans le monde de la BD, mais j’en lis un peu quand même, je voulais voir ce que c’était comme événement.

Ben les gars, j’ai été vraiment déçu.

Le concept c’est : tu paye, tu rentre, tu fais la queue pendant 1h devant le stand de ton auteur préféré avec ta BD sous le bras, il te fait une dédicace, et tu te barre. Tu peux aussi continuer et aller voir l’auteur suivant, mais je crois que le nombre de BD que tu peux importer est limité.
Mais il faut savoir aussi que certains auteurs ne dédicacent que les BD qui sont achetés dans la librairie centrale du festival. Ah oui ! La bonne idée !
Non, mais c’est vrai hein, je suis passé devant un stand, il y avait un gros panneau : « ne fais de dédicaces qu’au BD achetées à la librairie centrale du festival », et le mieux c’est que le gars n’était même pas à son stand. Je pense que le public a du le boycotter et il s’est tiré.

Bref, en gros, il n’y a rien à faire à ce festival mis à part payer pour pouvoir acheter des BD. Les rencontres avec les auteurs sont nulles, les expos ne sont absolument pas mises en valeur, et les auteurs font du travail à la chaine, digne des mangaka sous pression pour sortir leurs planches dans le prochain Jump.

J’ai du resté 1h au festival, et j’ai du bien passer la moitié de mon temps au stand des grapheurs medlakolor à discuter avec un des membre du collectif que je connais depuis que j’ai 3 ans…

Je comprend un peu mieux pourquoi tous les blogs de BD que je suis sur le net ne parlent jamais du festival de BD de Chambéry…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.