Au mois d’avril, j’ai eu la bonne idée de dire à mon cousin : « tiens, je testerais bien le parapente », il m’a répondu direct : « quand tu veux, j’ai la licence pour faire du bi-place, je peux t’emmener quand tu veux ».

Le temps que le stress de l’annonce soit évacué, je me suis retrouvé mi novembre à Aillons-le-jeune, sur le parking de la fromagerie en train de me préparer à monter au Colombier avec un sac de 12kg sur le dos.

800m de dénivelé dans le plaisir le plus absolu, à en chier comme un phacochère et en plus j’avais oublié mes bâtons.
Heureusement, une copine bien plus entrainée que moi a eu pitié et m’a prêté les siens.
Ça m’a permis d’arriver en haut sans me cramer totalement les cuisses.

Petit pique-nique rapide, la copine me demande : « Et là, t’as peur ? ».
Ahah, non. même pas, pas de stress, OKLM.
Le pique-nique s’abrège avec la météo qui tourne, on se prépare, mon cousin me donne les consignes, on court un peu, on attend, on se lance, j’ai mal aux couilles. Ah, on a décollé.

Mon cousin m’aide à m’installer plus confortablement, un plouf, et 10 minutes plus tard on atterri.

Une fois au sol, je n’avais plus qu’une envie : recommencer.

Chose qu’on a faite la semaine d’après, en mode tranquille, pas de rando, juste un plouf.
On s’est repris à trois fois pour décoller. Par contre, on a fait quelques virages ce coup-là, c’était bien fun.

Bref. Nouveau joujou ?
On verra…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.