34 commentaires sur “revenu de base

  1. le revenu de base est effectivement beaucoup plus compliqué à expliquer et plus utile à la société qu´un simple revenu à rien foutre … déjà pour les étudiants, cela laisserait la possibilité d´étudier sereinement, sans être obligé de bosser à côté (et donc de foirer ses études car pas assez de temps pour s´y consacrer), avoir le temps de se révéler, s´épanouir, créer, se développer et donc au final … de rapporter.

    Jusqu´à preuve du contraire, les plus grandes boites de la planète que sont Google, Apple, Facebook, etc … n´ont pas été créé entre 2 montages de burgers à McDo pour payer ses études.

    On oublie souvent que le cerveau a besoin de temps utile pour se développer, de temps pour dormir et assimiler ce qu´il a appris. On dit souvent que l´avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt … sauf qu´il semblerait que dormir juste après avoir appris permet de mieux assimiler et reproduire ce qu´on a bouffé comme savoir. Donc … bosser le soir et dormir après est plus utile pour avancer que bosser tôt le matin et faire une journée de taff ensuite sans dormir.

    Bref, tout ce temps de cerveau disponible dont un étudiant a besoin pour assimiler ses cours et avancer …. si t´es obligé de bosser pendant tes temps libres, tes we, le soir, etc pour payer tes études … je doute sérieusement que tu puisses développer quoi que ce soit. Or, on a besoin de créateurs, de nouvelles idées, de développement, de recherche … pas seulement de personnes juste bonnes à appliquer l´existant.

  2. Du reste, certaines boites ont bien compris que le « rien foutre » n´en était pas un. Rien foutre sur sa chaise à papillonner dans une boite de R&D, c´est peut être même l´activité la plus utile à l´entreprise.

    Des tonnes et tonnes d´idées lumineuses sont arrivées en regardant voler les mouches dans la pièce ou en regardant la neige tomber dehors.

  3. Pis bon, je pense pas que l´on puisse rester toute sa vie à « rien foutre ».
    Au bout d´un moment, même si on ne bosse pas dans une entreprise, on va faire quelque chose. Créer ou faire du bénévolat. Dans tous les cas, on créera de la valeur.

  4. tiens … le genre d´idée qui a sûrement germé dans un moment de « rien foutre » … à papillonner en regardant les feuilles d´un arbre … il me semble impossible de trouver ce type d´idée devant son écran, ses équations, etc … il faut pour cela ouvrir les yeux autrement … en rêvant …

    http://www.arbre-a-vent.fr/

  5. suis convaincue du contraire, on peut tout à fait passer sa vie à ne « rien foutre ». Perso je m´y verrais très bien. Le désir d´être « utile » ne me viendrait sans doute pas à l´esprit si je vivais sur une île paradisiaque sans avoir la moindre idée de la misère qui se joue ailleurs. Je crois que la paresse est une tendance naturelle chez l´humain, alors que le besoin de travailler (sans parler du besoin de gagner sa vie) ne se fait sentir que chez les individus qui sont élevés dans l´idée qu´il faut accomplir/faire « quelque chose » de sa vie, soit en étant solidaire, soit en atteignant une forme de « réussite ».

  6. @ Liviane : si on te mets sur une île déserte, tu te rendrais utile ne serait-ce que pour une chose … une seule : bouffer. C´est bizarre comme on oublie vite cette fonction vitale. Et pour bouffer à sa faim toute l´année, sur une île déserte, je pense sans trop me tromper que cela occupe une grande partie de la journée.

  7. j´ai une question : est-ce que tu as sérieusement passé plusieurs moi à rien foutre ? … vraiment rien foutre ? … moi oui. Au début, on croit que c´est le top … au bout de 6 mois, je n´attendais qu´une chose : faire qqchose ! utile ou pas je m´en fous … mais faire marcher ma tête, mes doigts, pour des choses futiles (en apparence), activer mes muscles et mes neurones. On appelle cela aussi du travail …. après tout, personnellement, j´ai toujours fait des activités futiles : de la recherche à étudier la Terre … de la photographie de la Terre … des choses absolument inutiles à 1ere vue … des choses uniquement par plaisir et le plaisir de faire marcher mes neurones, mes jambes, etc … c´est du travail, c´est du plaisir. Comme à force, c´est devenu un plaisir de faire pousser mes légumes dans mon potager …

    L´homme a assurément une forte propension à rien foutre … pendant un moment. Mais ça c´est le propre de beaucoup d´animaux (dont nous faisons parti). Les chats dorment 18h, ma chienne se prélasse tout l´été dans la pelouse et tout l´hiver près du poêle à bois … mais le naturel pour eux est aussi de travailler, aller chercher à bouffer, défendre un territoire et les siens, etc … l´homme est du même acabit : s´il n´était là que pour rien foutre et ne pas avoir le désir de travailler … alors il n´aurait pas évoluer. L´homme a une soif naturelle d´aller de l´avant, de découvrir, de créer, de chercher … c´est du plaisir, c´est du travail. Ce n´est pas vraiment une histoire d´être utile ou pas … c´est instinctif.

  8. je n´appelle pas cela du travail (qui comme l´a dit JS, est caractérisé par la production de valeur/richesse), mais du loisir. Là tu parles du fait que l´inactivité t´empêche d´être heureux, c´est encore une autre question.

  9. que le travail ou le loisir puissent te permettre d´être heureux ou pas, ça n´a rien à voir avec le fait que pour créer de la valeur (et donc pour alimenter le moteur qui permet aux hommes de vivre avec de l´électricité, de l´eau potable courante, de quoi se nourrir, etc.) ce n´est pas sur le désir naturel de l´homme à travailler qu´il faut compter.

  10. c´est là que tu te trompes : C´EST du travail. Cultiver ses légumes, c´est une production de valeur/richesse (sinon que sont les maraichers ?) … faire de la recherche, c´est une production de valeur/richesse : sinon tout ce qui t´entoure n´existerait pas, tout est sorti un jour de la tête d´un chercheur … j´ai travaillé des années sur les risques sismiques et volcaniques : à 1ere vue, c´est inutile. à 2e vue, cela permet de sauver des vies, de prévoir les risques pour les constructions, etc, etc … donc : d´économiser de l´argent (donc production à long terme de valeur …). L´image ne crée pas de richesses ? bah alors pourquoi mes clients me payent cher pour que je leur fournisse des images ? … justement parce que LEUR image LEUR rapporte une attitude, une aura, etc … donc des clients, donc de la richesse. Nous vivons dans un monde d´image … pour moi, ces 2 activités sont issues de loisirs et de passion … mais ces 2 activités sont créatrices de richesse.

    Le travail social ne rapporte pas plus de valeurs/richesse que la recherche … pourtant tu le mentionnes.

  11. je respecte ton point de vue, mais je crois que la situation que tu décris (le fait que toi tu aimes travailler gratuitement) est particulièrement marginale. Pas sûre du tout que l´instauration d´un revenu de base universel stimulerait l´envie de travailler gratuitement chez la majorité des gens concernés.

  12. Parce que personne ne s´est retrouvé face à une inactivité pépère à long terme … sauf les très riches. Ne rien foutre pendant qqes semaines c´est facile … pendant plusieurs dizaines d´années, c´est tout autre chose. L´homme n´est pas fait pour ça.

  13. De plus un revenu minimum de base ne te paye QUE tes besoins vitaux … nourriture, eau, électricité, logement de base … ça ne paye vraiment pas le reste. Le reste qui fait qu´un homme s´épanouit …

  14. Dans cette esprit, mais moins radicale, il y a aussi l´accès gratuit à un minimum vital pour vivre. Par ex, gratuité pour un certain volume d´eau considéré comme vital pour vivre. Si tu consommes plus, tu payes. Et plus tu consommes, plus tu payes. Actuellement, c´est tout le contraire. Le plus cher dans une facture d´eau, c´est l´abonnement … et plus tu consommes, proportionnellement, moins tu payes. Donc l´accès à l´eau est moins cher par rapport au revenu pour ceux qui consomment à mort que pour ceux qui ne peuvent se payer que le minimum vital.

  15. je serai davantage prête à discuter d´un accès universel aux services vitaux (eau potable, produits alimentaires de base, chauffage, électricité, etc.). En fait c´est ce qu´essaient de faire la communauté internationale à travers des organisations globales comme l´ONU ou la Banque mondiale, mais forcément ce n´est pas simple à mettre en place. Cest le moins qu´on puisse dire…

  16. Tu peux produire de la richesse ou de la valeur sans avoir un « travail », juste avec du loisir.
    Il faut voir la société comme une fourmilière : il y a un grand pourcentage qui « produit » (recherche de nourriture, construction, défense, etc…), un faible pourcentage qui « glande » et un autre qui répare les conneries que les autres ont fait.
    Donc oui, il y aura quelques personnes qui ne vont rien faire, mais en même temps, mieux vaut rien faire que faire de la merde ;)

  17. et comment tu répartis les rôles? Parce que ceux qui vont vouloir rien foutre ils risquent d´être nombreux… t´es sûr que ça va pas se finir en goulag un plan pareil? (désolée pour le raccourci mais bon.. la solution du revenu de base me parait vraiment extrême même quand elle est présentée par des gens que j´aime bien)

  18. @Liviane: Des sondages ont montrés que la majorité des gens préfèreraient continuer à travailler si on leur proposait un revenu de base, et cela même pour des gens qui ont un boulot qualifié de peu épanouissant comme des caissières par exemple. Par contre la majorité des gens pensent aussi que les autres arrêteraient de travailler…

    Mais c’est un débat intéressant. Il est également intéressant de voir que les quelques expérimentations qui ont été réalisées (en Namibie ou en Inde par exemple) ont toutes eues des résultats positifs avec une désincitation plutôt faible du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.