Depuis que j’ai commencé le ski de rando l’an dernier, chaque sortie est une source de stress pour moi.

Au début, je stressais plusieurs jours avant, puis la confiance venant, je ne stressais plus que la veille avec une nuit de sommeil plutôt légère et agitée.
Et franchement, je préfèrerais que mes nuits soient agitées pour d’autres raisons…

Cette année, idem à chaque fois, du stress.

Une fois, à cause d’un couloir qui sur la carte semblait très raide et très étroit.
Quand je l’ai vu en vrai, ma réaction a été : « putain, mais je me suis mis du stress pour ça ?! »

Une autre fois, à cause du dénivelé, 1300m, ça commence a faire pas mal, j’avais peur de ne pas y arriver.
J’ai fait une bonne nuit blanche et le lendemain, j’ai fait les 1100m (on n’est pas allé à la pointe), certes en galérant, mais j’y suis finalement arrivé.

Clou du spectacle ce weekend, on s’organise une sortie avec mon cousin, au Revard, 250m de dénivelé, on peut faire plusieurs montées si on veut. Zéro difficulté, zéro risque (ou presque), bref, j’étais serein et détendu.
Et bien, paf. Impossible de dormir.
Cœur qui s’emballe, mains brulantes, sueurs. Gros stress. Et impossible de savoir pourquoi.

Le matin, j’avais le moral dans les chaussettes, prêt à abandonner la sortie et le ski de rando.
J’ai réussi à retrouver la motivation et je me suis forcé à y aller.

Grand bien m’a pris, c’était cool, on s’est fait deux montées, la neige à l’ombre était top et j’ai finalement réussi à monter tranquillement à 400m/h ce qui est franchement correct.

Croisons les doigts pour que j’arrive à trouver de quoi ça vient, parce que là, ça commence à devenir handicapant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.